La Société Protectrice des Animaux (SPA) recense chaque année une hausse importante d’abandon des animaux de compagnie… Malgré les campagnes de sensibilisation menées avant l’été notamment, des bêtes se retrouvent à la rue. Afin d’éviter les mauvaises surprises lorsque l’on accueille un animal chez soi et de ne pas contribuer à alimenter ce phénomène, il convient de se préparer suffisamment. Adopter un animal ne s’improvise pas, vérifiez en amont que vous êtes prêt grâce à ces conseils.

1. Est-ce que vous avez du temps à consacrer à cet animal ?

Peu importe l’espèce que vous allez accueillir chez vous, celle-ci aura forcément besoin d’attention. Un animal n’est pas là pour décorer la maison et a son propre rythme de vie. Un chien a envie de sortir pour se dégourdir les pattes ? S’il n’est pas sorti de la journée, il risque de le faire comprendre à son maître et il aurait raison d’insister. Un chat qui miaule toute la matinée a forcément un message à faire passer. Avant d’adopter un animal, demandez-vous si vous pourrez lui accorder des moments privilégiés. Êtes-vous décidé à jouer avec lui, à l’éduquer, à le sortir, à le couvrir de caresses et de baisers ? Cet animal fera partie du foyer familial et mérite de recevoir des soins particuliers.

2. Avez-vous suffisamment d’argent pour couvrir toutes les dépenses ?

Il faut dans un premier temps subvenir aux besoins primaires de l’animal. S’il s’agit d’un NAC (les Nouveaux Animaux de Compagnie), comme un lapin, il y aura l’achat de la cage à prévoir. Se rajouteront ensuite la nourriture, d’éventuelles friandises et d’autres accessoires. Le chat par exemple, vit en totale liberté. Cependant, il a besoin de croquettes, d’un panier, de jouets… Il est aussi indispensable de vous demander si vous avez suffisamment d’argent en réserve pour gérer les imprévus. Une visite chez le vétérinaire est souvent impromptue et les soins vétérinaires peuvent chiffrer très haut. La santé de votre animal dépend en partie des soins que vous pouvez lui apporter en cas de maladie bénigne ou plus grave. Faites donc les comptes !

3. A qui confier votre animal domestique si vous partez en vacances ?

Vous aimez partir explorer la France ou le reste du monde dès que vous avez des vacances ? Imaginez alors la place que pourrez prendre votre nouveau compagnon dans ce mode de vie. Le chien peut facilement s’adapter aux conditions de voyage et aux règles sanitaires imposées, mais l’emmener avec soi n’est pas la chose la plus simple. Les autres animaux comme les NAC, ne peuvent pas voyager avec vous. Il faut donc que vous soyez sûr de trouver une solution pour que quelqu’un les garde. Assurez-vous d’évoquer cette situation avec un proche fiable. Cela signifie que la plupart du temps, vous savez directement vers qui vous tourner pour demander cette faveur. Il existe aussi des services en ligne de garde d’animaux. Vous pouvez par exemple confier votre animal à une famille d’accueil ou un professionnel se déplace à votre domicile, mais tout cela a un coût !

4. Connaissez-vous les besoins spécifiques de votre futur animal ?

Vous l’aurez compris, la décision de prendre un animal domestique sur un coup de tête n’est pas forcément une bonne chose. Essayez alors de ne pas brûler les étapes. Il s’agit de vérifier une éventuelle compatibilité avec votre style de vie. Si une race de chat vous attire en particulier, prenez le temps de vous renseigner sur les caractéristiques de cette race. Un Main Coon n’a pas le même caractère qu’un Sphynx. Certains chats sont plus joueurs ou plus câlins que d’autres. Certaines races aiment davantage se promener tandis que d’autres ont une passion affichée pour les longues siestes. Que recherchez-vous ? Ce conseil est valable pour toutes les espèces d’animaux. Visitez des refuges, discutez avec des professionnels qui sauront vous guider.

5. Où comptez-vous adopter votre animal ?

Depuis quelque temps, la question de l’adoption des animaux domestiques a bénéficié d’une nouvelle réglementation. Celle-ci se veut plus stricte, dans le but de favoriser la protection des animaux et de limiter les abus. Évitez au maximum l’achat d’un animal en magasin afin de ne pas encourager ces pratiques de commercialisation. Les refuges débordent d’animaux en tout genre qui ne demandent qu’à trouver une famille aimante. Vous trouverez forcément votre bonheur dans ces associations. Néanmoins, gardez aussi à l’esprit que peu importe la nature de la cession, qu’elle soit gratuite ou payante, vous devez recevoir un certificat vétérinaire qui atteste de l’état de santé de l’animal et de la conformité administrative de l’acte.