Tirer du sommeil un blog, c’est difficile. On peut tenter de lui faire un électrochoc – encore faut-il que la machine veuille bien repartir. Ce post est un électrochoc. La suite, on verra.

Mais j’ai deux excuses pour vous avoir lâchement abandonnés!

D’abord, j’ai eu des chatons. Quatre petites pelotes, douces, mignonnes et ronronnantes. Vivre en direct la naissance de ces petites merveilles est une expérience unique. Je vous raconterai, si la réanimation tient le coup.

Et puis, j’ai couru les expositions félines. Je sais – je suis incorrigible: j’aime les chats de race. Et j’aime quand les miens gagnent des coupes et des médailles (après m’être ruinée en inscriptions, transports, shampoings et brosses pour qu’ils soient « au top » pour les podiums).

Bref, j’ai passé bien plus de temps avec mes félins de-la-vraie-vie qu’avec les minous numériques.

Alors, pour me faire pardonner, je voulais vous partager cette petite vidéo trouvée aujourd’hui sur Jezebel.com. Ou comment un chat peut vous mettre la misère au Bonneteau.